Menaces contre des ecoles juives parisiennes ‘(suite) article du quotidien LE PARISIEN

Paris
Un ancien prof menace dix écoles juives 
Cécile Beaulieu 
mercredi 30 mai 2007 |
 Le Parisien (GLOBEPIX/ATTAL.) 
L’événement 
«VOUS ALLEZ brûler dans les vingt-quatre heures. » La voix est masculine, menaçante, déterminée. A dix reprises, hier matin entre 9 heures et 10 heures, elle a semé la panique dans une dizaine d’écoles juives de Paris, au point de contraindre certains chefs d’établissement à évacuer les enfants placés sous leur responsabilité. L’inconnu, qui téléphonait de chez lui, se revendiquant du Front national, a finalement été interpellé par la police en début d’après-midi : il s’agirait d’un ancien enseignant d’une soixantaine d’années, lui-même de confession juive, et souffrant de troubles psychiatriques. Candidat malheureux au poste de professeur dans les dix écoles concernées, il aurait tenté de se venger, par téléphone interposé, proférant des menaces particulièrement violentes, immédiatement prises au sérieux par la police. « Chaque commissariat d’arrondissement a tout de suite pris attache avec les chefs d’établissement, confie une source proche de l’enquête, afin que toutes les mesures de sécurité soient prises pour protéger les enfants. Nous pensions que ces menaces n’étaient pas réellement fondées, mais nous avons souhaité parer toutes les éventualités. » Claude Habib, le directeur de l’école Lucien-de-Hirsch, avenue Secrétan (XIX e ), n’a pas hésité : il a immédiatement fait évacuer les 1 000 élèves de son établissement (lire ci-dessous) . Une affaire de vengeancee Claude Habib, comme les directeurs des collèges Diane-Benvenuti, dans le XVI e ou Georges-Leven (XII e ), sont allés déposer plainte hier dans l’après-midi… Ils ont appris par la même occasion, non sans soulagement, l’arrestation du mauvais plaisant, qui a été placé en garde à vue.
 De son côté, Samy Gozlan, le président du Bureau de vigilance contre l’antisémitisme, a immédiatement flairé une affaire de vengeance : « Je n’ai pas du tout cru à cette revendication du Front national, révèle-t-il. Sans penser, il est vrai, qu’il pouvait s’agir d’un enseignant, j’avais imaginé une vengeance d’élève exclu ou puni. Mais, quoi qu’il en soit, il est inadmissible de proférer de telles menaces, d’effrayer ainsi les gens et de provoquer l’évacuation d’enfants. »
 L’auteur des alertes au feu qui a été examiné hier par un psychiatre, devrait être déféré ce matin au parquet de Paris.     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *