Campagne illégale d’affichage sauvage en faveur de la liberation d’un terroriste.palestinien sur les murs de la capitale.

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L ANTISEMITISME 8 BOULEVARD SAINT SIMON 93700 DRANCY 063883029 LE PRESIDENT SAMMY GHOZLAN 0609677005 DRANCY LE 5/9/4 Le BNVCA est alerté par de nombreux administrés parisiens, scandalisés par une campagne d’affichage conduite par le parti communiste et le Parti de Gauche qui demandent la libération du terroriste palestinien Marouane Barghouti,emprisonné en Israel après avoir été arrêté, jugé et condamné pour les nombreux attentats et crimes commis contre des civils juifs . Comme ses requérants, le BNVCA ne comprend toujours pas cette fascination de certains membres du parti communiste ainsi que du Parti de Gauche, à l’origine de cette campagne, qui soutiennent les terroristes, notamment quand ceux ci sont les auteurs de crimes antijuifs et anti israéliens. Le BNVCA rappelle que les résistants français n’ont jamais attaqué de civils allemands ou autres. Ce qui n’est pas le cas de Barghouti et des organisations terroristes qu’il a commandées. Le BNVCA considère que cette propagande constitue un encouragement au terrorisme et au djihadisme, qui menacent sérieusement notre pays,et vise en priorité des cibles juives. Le BNVCA demande à La Ville de Paris, et à Mme HIDALGO MAIRE DE PARIS de donner leurs instructions pour faire nettoyer les murs souillés de la capitale, et faire détruire ces affiches ( certaines sont collées près des synagogues) dont le contenu constitue une incitation à la haine d’Israel qui pousse à l’acte antijuif. Le BNVCA rappelle que les rues de la capitale se souviennent encore des exactions antijuives que cette haine de l’Etat juif, asssociée à la glorification du terrorisme anti israelien ont provoqué ,lors des manifestations organisées par les propalestiniens en soutien à l’Etat Islamique du Hamas qui bombardait les populations civiles d’Israel. Cette campagne sauvage d’affichage constitue un délit prévu et réprimé par nos lois.Le BNVCA demande au Procureur de La République , au préfet de Police de Paris et à la Maire de Paris d’engager les poursuites administratives et judiciaires,à l’encontre de tous ces auteurs des infractions aux articles L 581-4 ,L 581 5,et L 581-29 du code de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *